Une vidéo d’un drone visant Donald Trump publiée sur le site du dirigeant iranien Khamenei (VIDEO) — RT en français




Publiée le 12 janvier, la vidéo montre l’ancien président américain Donald Trump sur le terrain de golf de Mar-a-Lago, pris pour cible dans une attaque de drone pour venger l’assassinat du général Qassem Soleimani en Irak, en janvier 2020.
«La vengeance est définitive» : c’est le titre d’une courte vidéo, publiée le 12 janvier sur le site du dirigeant iranien Ali Khamenei, qui montre l’ancien président américain Donald Trump sur son terrain de golf à Mar-a-Lago (Floride), en compagnie de l’ex-secrétaire d’Etat Mike Pompeo. Ce dernier consulte son téléphone, sur lequel figure un message très clair : «L’assassin de Soleimani et celui qui a donné l’ordre en paieront le prix», les deux hommes étant ensuite pris pour cible par un opérateur agissant à distance.https://t.co/CrLpUB1Uvr publishes “one of selected works in Hero Campaign” Named “Revenge Is Definite,” animation shows former U.S. Secretary of State Pompeo & President Trump being targeted by LAW and drone while playing golf at Mar-a-Lago referred to as “Trump’s House” pic.twitter.com/zHS3ktGYKZ— Sobhan Hassanvand 📰 سبحان حسنوند (@Hassanvand) January 13, 2022Le clip de deux minutes a remporté un concours organisé en l’honneur du général iranien Qassem Soleimani, proche d’Ali Khamenei, assassiné en Irak par un drone sur ordre de Donald Trump le 3 janvier 2020. La mort du général a d’ailleurs été commémorée par des milliers de manifestants, à Bagdad et à Téhéran. Des drapeaux américains et israéliens ont été brûlés à cette occasion dans la capitale iranienne, tandis que des médias israéliens étaient la cible de piratages.Ce n’est pas la première fois qu’un contenu de ce type est publié : un compte Twitter lié à l’ayatollah Ali Khamenei avait déjà été suspendu, début 2021, après la publication de l’image de l’ombre d’un drone planant au-dessus de Donald Trump, toujours en train de jouer au golf. La nouvelle vidéo s’inscrit dans un contexte de tensions renouvelées entre les Etats-Unis et l’Iran : le 8 janvier, Téhéran a ajouté plus de cinquante citoyens américains à une liste de personnes accusées d’avoir participé, d’une manière ou d’une autre, à l’élimination du général Soleimani. Parmi ces noms se trouvent notamment le chef d’état-major américain Mark Milley, et l’ancienne représentante permanente des Etats-Unis à l’ONU Nikki Haley. «Si l’Iran venait à attaquer n’importe lequel de nos citoyens, dont l’une des 52 personnes nommées hier, il ferait face à de graves conséquences», avait déclaré en retour le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan. «Les Etats-Unis d’Amérique protégeront et défendront leurs citoyens. Cela inclut ceux servant actuellement les Etats-Unis, et ceux ayant servi par le passé», avait-il précisé. Le 31 décembre, le ministère iranien des Affaires étrangères avait déclaré que l’administration Biden avait hérité de la responsabilité de «l’attaque terroriste qui a été orchestrée et menée de manière organisée» par l’administration Trump.



Source link

Author: An Open Letter

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.