La Russie démantèle le groupe de hackers REvil, à la suite d’un «appel des autorités américaines» — RT en français




La FSB a annoncé avoir mis fin aux activités en Russie du groupe de hackers REvil, spécialiste des «rançongiciels». Joe Biden avait invité la Russie à agir contre ce groupe, qui avait revendiqué une attaque visant une entreprise américaine.
«Le Service fédéral de sécurité (FSB) de la Fédération de Russie, en coopération avec le […] ministère de l’Intérieur a mis fin aux activités illégales des membres d’un groupe criminel organisé dans les villes de Moscou et Saint-Pétersbourg ainsi que dans les régions de Moscou, Saint-Pétersbourg et Lipetsk», rapporte le FSB dans un communiqué, ce 14 janvier. Il s’agit, selon cette source, des membres du groupe de hackers «REvil», impliqué dans «la circulation illégale de moyens de paiement».«Pour parvenir à leurs fins criminelles, ces personnes ont créé des logiciels malveillants, organisé le vol et l’encaissement de fonds sur les comptes bancaires de citoyens étrangers, y compris en achetant des biens coûteux sur Internet», rapporte le FSB.La recherche de ces hackers «a été lancée à la suite d’un appel des autorités américaines compétentes qui ont transmis des informations concernant le chef du groupe criminel et son implication dans des atteintes aux ressources d’information d’entreprises étrangères de haute technologie», toujours selon les services de renseignement russe. Début juillet 2021, ce groupe de pirates, aussi appelé Sodinokibi, avait revendiqué l’attaque au «rançongiciel» visant la société informatique américaine Kaseya. Joe Biden avait alors demandé, lors d’un échange téléphonique, à Vladimir Poutine d’agir contre les attaques menées depuis la Russie, sous peine de voir les Etats-Unis prendre «les mesures nécessaires».Début novembre, les autorités européennes et américaines ont annoncé l’arrestation de sept pirates informatiques au cours d’une opération internationale qui a visé REvil ainsi que le groupe de «rançongiciels» GandCrab.Les «rançongiciels» sont une forme de plus en plus lucrative de prise d’otages numériques dans laquelle les pirates informatiques cryptent les données des victimes, puis demandent de l’argent pour remettre les choses en ordre.



Source link

Author: An Open Letter

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.